FREE TALK #2: LE JOUR OU J’AI ADMIS AVOIR BESOIN D’AIDE: JE CONSULTE UNE ENDOCRINOLOGUE

Photo by rawpixel.com on Pexels.com

Attention: Cet article parle de mon chemin vers une perte de poids, mais je ne veux en aucun cas dire qu’il faut être mince pour être heureux, non, il faut être bien dans sa peau pour être bien dans sa tête, et inversement.

Shooting Sarah

J’ai souvent entendu dire autour de moi: « Pour maigrir rien de plus simple, fais du sport et arrête de bouffer de la merde » (bouuuh qu’elle est vulgaire !) J’y ai longtemps cru. Mais le jour où j’ai réalisé que je n’arrivais pas à perdre ces 12kg pris en seulement un an, cette phrase m’a beaucoup fait souffrir. « Pourquoi je n’y arrive pas ? Pourquoi mes efforts ne mènent à rien ? Pourquoi moi ? « Ai-je un problème ? » . Malgré un rééquilibrage alimentaire conséquent et de l’exercice au minimum 3 fois par semaine, rien ne changeait, sauf mon moral qui tombait toujours plus bas.

Et puis, il y a un jour où il faut accepter que l’on y arrive pas seul, et qu’on a besoin d’aide. C’est ce jour là que j’ai pris rendez-vous avec une endocrinologue.

ENDOCRINOLOGUE, KEZAKO ?

Un endocrinologue est un médecin spécialiste des problèmes liés à l’hormone.

Attention cependant, je tiens à le préciser, j’ai consulté un médecin généraliste et ai fais un bilan sanguin complet avant d’y aller.

PREMIERE SEANCE

« Alors Sarah, que se passe-t-il ? Pourquoi êtes vous venue ? » Et me voilà à lui raconter comment j’ai pris 12kg, comment je ne les perds pas, et quel est mon objectif.

C’est la première fois que je ne me suis pas sentie jugée ou moquée à propos de mon histoire. Tout ce que j’ai ressentis, c’est de la bienveillance, et ça, c’est vraiment rassurant.

Elle m’a mesurée, pesée, vérifiée ma tension et enfin elle a passé un petit appareil sur ma main, qui s’appelle un Oligoscan, afin de mesurer les minéraux, oligo-éléments, stress oxydatif et métaux lourds présents dans mon corps.

Après ces quelques examens rapides, le verdict est tombé: « Vous êtes intolérante au sucre », « A chaque fois que vous consommez du sucre, celui-ci se stocke dans les graisses au lieu d’être éliminé ». J’avoue avoir un peu blêmi à cette annonce. Du sucre, il y en a presque partout ! Comment je vais faire ?

Elle m’a un peu rassurée, en me disant qu’avec un programme alimentaire adapté, le problème serai résolu. Ainsi s’est terminée la consultation.

Avant de partir, elle m’a donné une feuille de papier, sur laquelle je devais écrire quels bénéfices m’apporterai cette perte de poids, un moyen de me motiver à atteindre mon objectif. Elle m’a aussi envoyé par mail un lien et des codes pour un site internet, sur lequel j’ai dû remplir plusieurs questionnaires qui seraient analyser pour la prochaine séance. Ces questionnaires traitaient de mes habitudes alimentaires, de mes relations avec l’alcool, le tabac, la drogue, de mes relations avec les autres, de l’image que j’ai de moi même, de mon état d’esprit etc… Je n’ai pas pris l’exercice à la légère, je me suis posée chez moi une après-midi, et j’y ai travaillé.

SECONDE SEANCE

La deuxième séance a eu lieu quelques jours plus tard. Je suis arrivée un peu hésitante, avec la peur de ce qu’auraient pu révéler mes réponses aux questionnaires, la peur d’être jugée, d’être prise pour une folle. Mais une nouvelle fois, seule la bienveillance était au rendez-vous. « Vous êtes une princesse Sarah, vous devez vous traiter vous même comme telle car vous le méritez ». Jamais une phrase d’une inconnue aurai pu me faire autant de bien. A travers mes réponses, elle m’avait sondée, elle avait compris que je souffrais d’un mal être qui m’handicapait à longueur de journée.

Après cela, nous avons fait le point sur l’aspect alimentaire, et nous avons découvert que j’étais hypoglycémique. Durant la journée surviennent dans mon corps des pics d’insuline, qui tout d’abord me donnent envie de sucres, mais qui se traduisent aussi par de la fatigue, des troubles du sommeil, de l’anxiété, des changements d’humeur soudains, une perte de confiance en soi, des douleurs physiques et morales et j’en passe. C’est à cet instant que je me suis sentie soulagée. Cela faisait plusieurs mois que je cherchais des raisons à tous ces symptômes, je cherchais le/la responsable, le pourquoi du comment, et mon endocrinologue venait de me le servir sur un plateau. Elle m’a ensuite informée que cette hypoglycémie avait provoqué un manque de protéines dans mon corps. Et que malgré que j’ai un peu trop de graisse, j’avais aussi beaucoup de muscles (là j’avoue j’étais un peu fière de moi). L’objectif est donc de brûler cette graisse en trop, tout en gardant ma masse musculaire.

Elle m’a alors mis en place un programme pour nourrir mon corps et mon esprit. J’ai un plan alimentaire à suivre, et des « exercices » de développement personnel afin de sortir du schéma: déprime -> prise de poids -> encore plus de déprime -> encore plus de prise de poids -> Sarah au fond du sceau. Pour accompagner cela, j’ai aussi décidé par moi même de me mettre au Yoga et à la méditation, ce dont je vous parlerai prochainement.

CONCLUSION

Grâce à ses conseils, à sa bienveillance, à son écoute, je me suis sentie heureuse, motivée, déterminée, prête à remonter la pente et à me sculpter le corps que je veux.

C’est comme ça que j’ai réalisé que ce que je vivais n’était pas une fatalité, et que je méritais autant le bonheur et le bien être que les autres.

Dorénavant, j’ai rendez-vous une fois par mois pour suivre l’avancée de ce travail que j’entreprends, ma quête vers le bonheur.

Et si aujourd’hui j’ai décidé de partager cette expérience très intime avec vous, c’est parce que mon cas est loin d’être isolé. Souvent, on se sent seul, on a l’impression de ne pouvoir en parler à personne, d’être incompris, et on se dit que l’on ne s’en sortira jamais. Je veux vous montrer que chaque problème à sa solution, et que demander de l’aide n’est pas une honte. Vous êtes tous des princes et des princesses, vous méritez tous une vie épanouissante, joyeuse, ensoleillée. Et si, en lisant cet article, vous ressentez le besoin de parler, d’avoir des conseils, je serai là pour vous écouter, et je ferai de mon mieux pour vous aider, comme on l’a fait pour moi.

Des bécots.

Ps: Je vous ferai un article bilan du premier mois de ma nouvelle vie sur le blog, stay tuned 😉

Pyla Sarah


Une réflexion sur “FREE TALK #2: LE JOUR OU J’AI ADMIS AVOIR BESOIN D’AIDE: JE CONSULTE UNE ENDOCRINOLOGUE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s